Découvrez les meilleures images du jour sélectionnées par le service photo du Figaro.
Pygmy hippopotamus Thug, a 17-year-old pygmy hippo, moves around in his new enclosure at London Zoo
Hippopotame nain Voyou, un hippopotame pygmée de 17 ans, se déplace dans son nouvel enclos du zoo de Londres.
Photographer : ADRIAN DENNIS / AFP PHOTO
The look up look. Gorilla mother Kumili arms her newborn at the zoo in Leipzig, central Germany, 
Lever les yeux. La maman gorille Kumili et son nouveau né au zoo de Leipzig
PHOTOGRAPHER AP PHOTO/JENS MEYER
Dog Show A Pomeranian in the Agility Ring during the first-ever Masters Agility Championship on February 7, 2014 in New York at the 138th Annual Westminster Kennel Club Dog Show.
Concours canin Un spitz nain plus connu sous le nom de loulou de Poméranie fait un saut lors de l’épreuve d’agilité pendant le très sélect concours Westminster Kennel Club Dog Show, aux Etats-Unis.
PHOTOGRAPHER : AFP PHOTO/TIMOTHY A. CLARY
BIG CAT.  Animal trainer Alexander Lacey, brushing the hair of Masai,  4-year-old,  African lion before opening night of Barnum & Bailey Circus.
LION. Le dresseur Alexander Lacey, brosse la crinière de Masai, 4 ans, lion d’Afrique avant la soirée d’ouverture du cirque Barnum & Bailey.
Meat Box. An animal rights activist protests against meat consumption through a performance to promote vegetarianism during “Day Without Meat” in central Barcelona 

Boite à viande. Une activiste des droits des animaux est empaqueté, telle une pièce de bœuf, dans une boite à viande géante sur une place du centre de Barcelone. Elle proteste contre la consommation abusive de viande dans le monde et promeut le végétarisme durant la journée mondiale sans viande.

PHOTOGRAPHER : REUTERS/ALBERT GEA
 Staggering. A Paraguayan gaucho rides a colt during the Misiones Traditional Festival, held yearly in Santiago.
Renversant. Un jeune gaucho paraguayen monte un poulain durant le traditionnel festival de Misiones qui se tient touts les ans à Santiago. 
PHOTOGRAPHER : AFP PHOTO / NORBERTO DUARTE
Les pique-assiettes. Dans les eaux chaudes et azur de la mer Rouge, ce requin océanique affamé (ou requin longimane) évolue lentement mais sûrement vers le photographe, pour le moins téméraire. Autour de lui, des poissons-pilotes n’attendant qu’une seule chose: s’emparer des restes du prochain repas de ce squale aux longues nageoires. Cette espèce de requin est connue pour être particulièrement agressive et meurtrière et a été responsable de nombreuses attaques. Il y a deux ans dans cette même zone, une touriste allemande avait été tuée alors qu’elle nageait devant son hôtel. L’International Shark Attack File (Isaf) a recensé, en 2011, 125 attaques de requins contre l’homme dans le monde. (DANIEL SELMECZI/BIOSPHOTO)
“Clean your plate.” In the warm blue waters of the Red Sea, this hungry oceanic whitetip shark moves slowly towards the brave but foolhardy photographer. The fish swimming alongside are ready and waiting for juicy leftovers. The whitetip is known for being particularly aggressive and has been responsible for numerous attacks on humans. Two years ago, in this same area, a German tourist was killed while swimming outside of his hotel. In 2011, the International Shark Attack File recorded 125 shark attacks on humans. 
Menacés. Les bergers hurlent au loup à Brignoles. Et lundi, ils ont tiré la sonnette d’alarme. Car selon eux, le loup ne cesse de gagner du terrain, et les méthodes de protection son insuffisantes. «On protège le loup à tout prix, par tous les moyens, pendant que nos bêtes sont massacrées. Car la seule vraie espèce en voie de disparition aujourd’hui, c’est nous, les bergers, et le pastoralisme!» Rassemblés dans le cadre de la Foire agricole, à l’initiative de la Fédération ovine du Var et de la Confédération paysanne, une centaine d’éleveurs et bergers venus du sud-est de la France ont ainsi protesté contre la réintroduction du prédateur qu’ils accusent de menacer leur bétail et ont exposé leur calvaire quotidien. (BORIS HORVAT/AFP)
When shepherds cried “wolf.” In the southeastern French town of Brignoles, the shepherds aren’t kidding around when they cry “wolf.” They say that their flocks aren’t adequately protected from the region’s wolves. “We protect the wolf at all cost and all means while our animals are being massacred,” one man cried. “The only real endangered species today is us, the shepherds!” Gathered for an Ag fair, roughly a hundred shepherds protested against the reintroduction of this endangered predator.
Au bord du KO. D’après les lois de leur espèce, ces deux jeunes bouquetins s’affrontent sûrement pour devenir le Mâle dominant de leur troupeau. Mais ils ont très mal choisi leur endroit, nonobstant leur agilité à gravir des parois rocheuses et à s’accrocher aux pentes Les plus raides. Car cet étroit piton alpestre, rongé par l’érosion, surplombe un à pic vertigineux dont la dangerosité pourrait d’ailleurs expliquer la présence attentive d’un troisième larron, suffisamment en retrait pour ressembler à un arbitre, alors qu’il n’attend peut-être que la chute des deux combattants pour redescendre en triomphateur et s’offrir toutes les femelles. Ce qui est certain, en tout cas, c’est que La Fontaine n’aurait pas manqué d’en tirer une fable. (ABO/CATERS NEWS AGENCY/SIPA)
King of the castle. As the laws of their species ordain, these two young male ibex battle to see who will be the dominant male in their herd. Their location, however, could have been slightly better chosen. Yet these surefooted creatures are able to mount rocky walls with agility and cling onto even the steepest slopes. But their precarious position on the eroding rocks explains the attentive presence of a third ibex, who is either acting as arbitrator for this dangerous struggle or who is waiting to leap into the dominant male position if his brothers plunge into the valley just below.
Rituel. Lundi, à la veille de la Saint-Antoine, le saint patron des animaux, les rues de San Bartolome de Pinares en Espagne, se sont transformées en parcours hippique. Cette fête traditionnelle est célébrée chaque année, depuis le début du 19ème siècle, dans cette ville située à l’ouest de Madrid. Des chevaux et leurs cavaliers doivent braver le feu et passer le plus près possible du brasier. (Daniel Ochoa de Olza/AP/SIPA)
Fiery steed.On Monday, the eve of the festival of St. Anthony, the patron saint of animals, the streets of San Bartolome de Pinares in Spain transformed into an equestrian course. In this town situated west of Madrid, this traditional festival has been celebrated each year since the beginning of the 19th century. The horses and their riders must brave the fire and pass as close as possible to the brazier.