Découvrez les meilleures images du jour sélectionnées par le service photo du Figaro.
WHITE LION A seven-week-old white lion cub plays at a private zoo in Abony, east of Budapest
LION BLANC Un lion blanc de sept semaines joue dans un zoo privé à Abony à l’est de Budapest
PHOTOGRAPHER : REUTERS/Laszlo Balogh
First fall. Yuan Zai, the first Taiwan-born baby panda, climbs inside its enclosure at the Taipei City Zoo. Yuan Zai, who weighed 180 grams at birth, now weighs about 14 kilos and make made her anticipated public debut as she turned six months old.
Première chute. Yuan Zai, le premier bébé panda né en captivité à Taïwan essaye de monter sur une branche d’arbre à l’intérieur d’un enclos du Zoo de Taipei. Ce bébé panda vient d’être présenté au public pour ces six mois. Pesant 180 grammes à sa naissance, il fait aujourd’hui plus de 14 kilos et se porte à merveille.
PHOTOGRAPHER : AFP PHOTO / MANDY CHENG
Horse fire. A man rides a horse through a bonfire in San Bartolome de Pinares, Spain, in honor of Saint Anthony, the patron saint of animals. On the eve of Saint Anthony’s Day, hundreds ride their horses trough the narrow cobblestone streets of the small village of San Bartolome during the “Luminarias”, a traditional festival that dates back 500 years and is meant to purify the animals with the smoke of the bonfires, and protect them for the year to come.
Cheval de feu. Un cavalier traverse un feu de joie avec son cheval dans la petite ville espagnole de San Bartolomé de Pinares en l’honneur de Saint Antoine, le saint patron des animaux. Des centaines de cavaliers sont venus défier les bûchers disséminés dans la ville de San Bartolome durant la fête des “Luminarias”. Cette fête est une tradition païenne datant de plus de 500 ans et permet aux animaux défiant les flammes de se purifier et de se protéger des maladies et autres malheurs dans les années futures. 
PHOTOGRAPHER : AP PHOTO/DANIEL OCHOA DE OLZA
20 000 Leagues under the sea. The scientists have captured on film the world’s first live images of a giant squid, journeying to the depths of the ocean in search of the mysterious creature thought to have inspired the myth of the “kraken”, a tentacled monster.
Vingt mille lieux sous les mers. Des scientifiques japonnais ont capturés en vidéo les premières images d’un calamar géant vivant dans les grandes profondeurs de l’océan. Cette trouvaille extraordinaire été faite lors de recherches scientifiques sur espèces vivantes séjournant dans les grandes profondeurs et ayant inspiré le mythe du Kraken, un monstre aux tentacules géantes.
Mandatory Credit. REUTERS/NHK/NEP/Discovery Channel/Handout
Les pique-assiettes. Dans les eaux chaudes et azur de la mer Rouge, ce requin océanique affamé (ou requin longimane) évolue lentement mais sûrement vers le photographe, pour le moins téméraire. Autour de lui, des poissons-pilotes n’attendant qu’une seule chose: s’emparer des restes du prochain repas de ce squale aux longues nageoires. Cette espèce de requin est connue pour être particulièrement agressive et meurtrière et a été responsable de nombreuses attaques. Il y a deux ans dans cette même zone, une touriste allemande avait été tuée alors qu’elle nageait devant son hôtel. L’International Shark Attack File (Isaf) a recensé, en 2011, 125 attaques de requins contre l’homme dans le monde. (DANIEL SELMECZI/BIOSPHOTO)
“Clean your plate.” In the warm blue waters of the Red Sea, this hungry oceanic whitetip shark moves slowly towards the brave but foolhardy photographer. The fish swimming alongside are ready and waiting for juicy leftovers. The whitetip is known for being particularly aggressive and has been responsible for numerous attacks on humans. Two years ago, in this same area, a German tourist was killed while swimming outside of his hotel. In 2011, the International Shark Attack File recorded 125 shark attacks on humans. 
Menacés. Les bergers hurlent au loup à Brignoles. Et lundi, ils ont tiré la sonnette d’alarme. Car selon eux, le loup ne cesse de gagner du terrain, et les méthodes de protection son insuffisantes. «On protège le loup à tout prix, par tous les moyens, pendant que nos bêtes sont massacrées. Car la seule vraie espèce en voie de disparition aujourd’hui, c’est nous, les bergers, et le pastoralisme!» Rassemblés dans le cadre de la Foire agricole, à l’initiative de la Fédération ovine du Var et de la Confédération paysanne, une centaine d’éleveurs et bergers venus du sud-est de la France ont ainsi protesté contre la réintroduction du prédateur qu’ils accusent de menacer leur bétail et ont exposé leur calvaire quotidien. (BORIS HORVAT/AFP)
When shepherds cried “wolf.” In the southeastern French town of Brignoles, the shepherds aren’t kidding around when they cry “wolf.” They say that their flocks aren’t adequately protected from the region’s wolves. “We protect the wolf at all cost and all means while our animals are being massacred,” one man cried. “The only real endangered species today is us, the shepherds!” Gathered for an Ag fair, roughly a hundred shepherds protested against the reintroduction of this endangered predator.
Menu fretin, grand festin. Un jour sur ses longs pieds allait on ne sait où/Un jabiru d’Afrique emmanché d’un long cou/Au bord d’un marigot, en quête d’un petit plat/L’onde en était saumâtre, comme toujours au Kenya/Ma commère la grenouille y faisait mille tours/Ayant lu La Fontaine, l’oiseau aux beaux atours/Fut loin de dédaigner une aussi mince proie/Bien au contraire, vif comme l’éclair, il s’en saisit/Et se met à taquiner ce petit frichti/La rainette en profite, tente de s’échapper/Pour la plus grande joie de notre photographe/Mais ce que son image, superbe, ne nous dit pas/C’est quelle fut in fine l’issue de ce combat/Menu fretin, grand festin… ou bouchée de rien ? (Tony Crocetta/Biosphoto)
Froggy sauté.This African Saddle-billed stork had just ordered up a nice lunch of frog (genus Hyla) when, to the delight of the watching photographer, his prey made a run for freedom. What this image (snapped in Kenya) doesn’t tell us is whether the stork had its lunch or the frog had its freedom!
À ciel ouvert. À l’inverse des occupants du véhicule qui apparaissent comme surexcités, ce guépard semble lui parfaitement à l’aise. Allongé sur le toit du 4x4 qui transporte ces touristes, il profite de ce moment de pause pour les accompagner lors de leur safari dans la réserve nationale du Masai Mara, au sud-ouest du Kenya. Comme eux, ils sont chaque année de plus en plus nombreux à visiter ce paradis et à découvrir les éléphants, lions et autres girafes. C’est aussi dans ce parc à l’équilibre fragile qu’a lieu la transhumance des zèbres et des gnous qui se rassemblent par milliers et en troupeaux pour traverser ensemble la périlleuse rivière Mara où attendent patiemment crocodiles, lions et guépards. (Abaca)
An out-of-the-ordinary expedition.  Contrary to the excitement of the vehicle’s occupants, this leopard seems languorously at ease as he lounges on the roof of their 4x4. This incredible encounter occurred as the tourists traveled on safari through the Masai Mara National Reserve in southwestern Kenya. More and more tourists come to this paradise each year hoping to glimpse the abundant wildlife, which includes elephants, lions and giraffes. This park is also the site of the famous migration of thousands of zebra and gnu across the river Mara. The waters are filled with patiently waiting crocodiles and hungry lions and leopards wait on the banks.
L’anniversaire - Pour célébrer dignement les cinquante ans de la création du WWF (World Wildlife Fund), la section suisse de l’ONG a installé 1600 pandas en papier mâché sur la rotonde du Mont Blanc à Genève, soit autant de spécimens de pandas vivant encore à l’état sauvage aujourd’hui. Lawrence/Starface
Landmark - Swiss members of the World Wildlife Fund celebrated the organization’s 50th birthday by setting up 1600 papier mache panda figures by the lake in Geneva, Switzerland, each of them standing for one of the last 1600 pandas still living in the wild.
Vue ! Mauvaise cachette pour cette  libellule derrière son brin d’herbe,  assez gros pour masquer son long corps et ses grandes ailes, pas assez  large pour sa paire d’yeux à 28.000 facettes… (Tony Flashman/Solent News/SIPA)
Spotted! What a bad hiding spot for this dragonfly, behind a blade of grass big enough to hide its long body and wings but not its compound eyes, made of 28,000 facets…