Découvrez les meilleures images du jour sélectionnées par le service photo du Figaro.
 Staggering. A Paraguayan gaucho rides a colt during the Misiones Traditional Festival, held yearly in Santiago.
Renversant. Un jeune gaucho paraguayen monte un poulain durant le traditionnel festival de Misiones qui se tient touts les ans à Santiago. 
PHOTOGRAPHER : AFP PHOTO / NORBERTO DUARTE
Horse fire. A man rides a horse through a bonfire in San Bartolome de Pinares, Spain, in honor of Saint Anthony, the patron saint of animals. On the eve of Saint Anthony’s Day, hundreds ride their horses trough the narrow cobblestone streets of the small village of San Bartolome during the “Luminarias”, a traditional festival that dates back 500 years and is meant to purify the animals with the smoke of the bonfires, and protect them for the year to come.
Cheval de feu. Un cavalier traverse un feu de joie avec son cheval dans la petite ville espagnole de San Bartolomé de Pinares en l’honneur de Saint Antoine, le saint patron des animaux. Des centaines de cavaliers sont venus défier les bûchers disséminés dans la ville de San Bartolome durant la fête des “Luminarias”. Cette fête est une tradition païenne datant de plus de 500 ans et permet aux animaux défiant les flammes de se purifier et de se protéger des maladies et autres malheurs dans les années futures. 
PHOTOGRAPHER : AP PHOTO/DANIEL OCHOA DE OLZA
Rituel. Lundi, à la veille de la Saint-Antoine, le saint patron des animaux, les rues de San Bartolome de Pinares en Espagne, se sont transformées en parcours hippique. Cette fête traditionnelle est célébrée chaque année, depuis le début du 19ème siècle, dans cette ville située à l’ouest de Madrid. Des chevaux et leurs cavaliers doivent braver le feu et passer le plus près possible du brasier. (Daniel Ochoa de Olza/AP/SIPA)
Fiery steed.On Monday, the eve of the festival of St. Anthony, the patron saint of animals, the streets of San Bartolome de Pinares in Spain transformed into an equestrian course. In this town situated west of Madrid, this traditional festival has been celebrated each year since the beginning of the 19th century. The horses and their riders must brave the fire and pass as close as possible to the brazier. 
Jeu. Des cavaliers afghans se disputent une carcasse de mouton lors d’une compétition d’un sport très populaire, le Bouzkashi, dans la ville de Mazar-i Sharif. Le Bouzkashi, littéralement le jeu de « l’attrape chèvre », est une sorte de polo qui oppose deux équipes qui s’affrontent pour attraper le corps décapité d’un animal (chèvre, brebis ou veau) et doivent ensuite le ramener dans une zone déterminée. Seuls les meilleurs joueurs, les «chapandaz», peuvent s’emparer de la carcasse. Sport roi des peuples nomades d’Asie Centrale, il est élevé au rang de sport national en Afghanistan, en Ouzbékistan, au Kirghizstan et au Turkménistan. (Qais Usyan/AFP)
Goat’s polo. In the town of Mazar-i-Sharif, Afghan cavaliers fight over a sheep’s carcass in a popular sporting event called le Bouzkashi. Le Bouzkashi, which translates literally as the “goat catch,” is a kind of polo where two teams battle over the decapitated body of a sheep, goat or calf and attempt to bring it into certain zone. Only the very best players, the “chapandaz” can seize the carcass. Known as the royal sport of the nomadic peoples of Central Asia, it is now a national sport in Afghanistan, Uzbekistan, Kyrgyzstan and Turkmenistan.
Sacré. Ils n’ont qu’un but : se frayer un chemin parmi la foule et gagner le droit de le toucher. Alors ils tentent leur chance et se faufilent comme ils le peuvent à travers l’une des places bondées de la ville de Lahore, au Pakistan, à l’occasion de la procession chiite célébrant la fête de l’Achoura. Le cheval y est symboliquement représenté, il rappelle celui l’Imam Hussein Zuljina, petit fils du Prophète. Et même si certains n’en peuvent plus, arriver à l’effleurer, ne serait-ce que du bout des doigts est pour eux porteur de chance. Du coup, personne ne lâche. (Mohsin Raza/REUTERS)
Holy horse. Each person in this packed square in Lahore, Pakistan wants desperately to thread their way through the crowd, reach out a hand and touch this majestic creature on parade. Even those too far away to make contact stretch their fingers out in hope and belief. The grand procession marked the Shi’ite celebration of the Day of Ashura: the commemoration of the martyrdom of Imam Hussein, the grandson of the Prophet Muhammad. The horse is a symbolic representative of the imam.